Anatomie des Yeux

imgOjo

Ver fuente de la imagen

La cornée

La Cornée est une structure transparente qui limite la partie antérieure de l’œil. Elle joue un très grand rôle dans la réfraction oculaire et dans la formation d’une image correcte sur la rétine.

Elle est composée par six couches disposées de façon à obtenir une structure complètement transparente et libre de vaisseaux sanguins. Elle contient beaucoup de terminaisons nerveuses ce qui la rend très sensible.

La partie antérieure de la cornée est nourrie par la larme, tandis que la partie postérieure est nourrie par l’humeur aqueuse (liquide transparent trouvé entre la cornée et l’iris).

Le cristallin

Le cristallin est une structure transparente, biconvexe et libre de vaisseaux sanguins. Il est situé juste derrière l’iris. Il est composé de 65 % d’eau et de 35 % de protéines.

Le cristallin a la capacité de changer sa forme en fonction de la distance de mise au point, pour voir correctement de loin et de près. Lorsqu’on a besoin de voir un objet éloigné, le cristallin se détend ; tandis que lorsqu’on veut voir un objet de près, il se contracte afin d’apporter plus de pouvoir réfractif au globe oculaire et de percevoir les détails.

Avec l’âge, cette capacité se perd progressivement et apparaît la presbytie. Pour cette raison, des aides optiques, comme les lunettes, sont nécessaires pour corriger ce trouble réfractif et pour pouvoir effectuer ainsi les activités qui requièrent une vision de près.

D’un autre côté, la cataracte apparaît quand les tissus du cristallin perdent leurs propriétés et ne sont plus transparents, provoquant une diminution de la vision.

La sclérotique

La sclérotique est une membrane épaisse, dure et opaque qui forme la partie blanche de l’œil. Elle possède une grande résistance car elle est composée de fibres de tissu conjonctif. Il s’agît de la couche la plus externe du globe oculaire qui a pour fonction d’assurer sa protection. De plus, la sclérotique lui donne cette forme sphérique grâce à la pression intraoculaire (PIO) produite par l’humeur aqueuse. Elle sert aussi de point d’insertion pour les muscles extra-oculaires qui effectuent correctement les mouvements de l’œil.

L’iris

L’iris est une structure pigmentée située entre la cornée et le cristallin qui est à l’origine de la couleur de l’œil. Plus de pigment, plus sombre est l’iris. Sa forme est circulaire et il a dans sa partie centrale une ouverture ronde et noire appelée pupille, dont la taille peut varier en fonction de la quantité de lumière grâce aux fibres musculaires de l’iris distribuées dans tout le disque. Il est composé principalement de tissu conjonctif.

La pupille

La pupille est le trou de couleur noir situé au centre de l’iris. Grâce aux fibres musculaires de l’iris, la pupille peut se contracter et changer de grandeur (myosis) ou se détendre (mydriase) afin de permettre l’entrée de l’intensité nécessaire de lumière. Ainsi, la rétine reçoit à tout moment le meilleur éclairage possible pour obtenir la meilleure qualité visuelle.

L’humeur aqueuse

L’humeur aqueuse est un liquide transparent situé dans la chambre antérieure (entre la cornée et l’iris) et la chambre postérieure de l’œil (entre l’iris et le cristallin). Ces deux petits espaces sont connectés l’un avec l’autre par la pupille. Cette substance est la responsable de la nutrition de la cornée et du cristallin, et contribue aussi à maintenir convenablement la forme du pôle antérieur de l’œil. La quantité d’humeur aqueuse dans l’intérieur de l’œil est directement liée à la pression intraoculaire (PIO), c’est une valeur très importante grâce à laquelle des maladies comme la Glaucome peuvent être identifiées.

La rétine

La couche la plus interne de l’œil est appelée rétine et elle est responsable de la conversion de la lumière en impulsions électriques qui, avec l’aide du nerf optique, arrivent au cerveau pour fournir une vision correcte. Cette transformation de la lumière a lieu dans des couches spécifiques, là où se trouvent deux types de photorécepteurs : les bâtonnets et les cônes. Les cônes sont les responsables de la vision en couleurs tandis que les bâtonnets sont responsables des couleurs noires et de leurs nuances.

La rétine a une grande importance dans le processus visuel. Il est impératif de réaliser des examens pour s’assurer de sa bonne santé. Lorsque certaines zones de ce tissu sont affaiblies ou détériorées, un « décollement de la rétine » peut se produire. Cela entraîne une perte sévère de la fonction visuelle et il faut intervenir le plus rapidement possible afin de replacer chirurgicalement la rétine à sa position initiale.

Le nerf optique

Le nerf optique est composé d’un grand nombre de fibres nerveuses qui vont de la rétine au cerveau. C’est la structure chargée de transporter le flux nerveux partant des bâtonnets et des cônes (photorécepteurs) jusqu’au cerveau. Ainsi la reconnaissance des images devient possible.

Il est nécessaire que le nerf optique soit en bon état pour que la vision soit correcte. Lorsqu’il existe des dommages à cet endroit, il y a une perte du champ visuel et la vision est donc moindre. C’est ce qui se passe avec le Glaucome, une maladie qui est causée par l’augmentation de la pression intraoculaire (PIO) lorsque l’équilibre entre la sécrétion et le drainage d’humeur aqueuse est déséquilibré. Dans ce cas il est très important de surveiller l’état du nerf optique puisque, une fois touché, les dommages sont irréversibles.

nerviooptico-img

Ver fuente de la imagen

nerviooptico-img2

Ver fuente de la imagen

La macula

La macula est la zone de la rétine où il y a la plus grande concentration de cônes (les responsables de la vision des couleurs) et celle qui fournit la vision la plus détaillée et la plus nette possible. Dans un œil sain, les rayons lumineux doivent se concentrer sur cet endroit pour obtenir une image optimale en termes de qualité, de précision et de détails.

Lorsque cette zone est endommagée, toutes les activités de précision visuelles sont réduites car le champ visuel central est affecté. Le patient trouve des difficultés à lire, à conduire, ou même à voir le visage des personnes. Cela se produit également avec la Dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA), une maladie qui touche généralement les personnes de plus de 50 ans et est produite à cause des changements dégénératifs dans les tissus.

L’humeur vitrée

L’humeur vitrée est la substance qui remplit la plus grande cavité du globe oculaire appelée « cavité vitréenne ». Cette cavité est délimitée par le cristallin dans la partie antérieure et par la rétine dans la partie postérieure. Elle est composée d’acide hyaluronique et de fibres de collagène. Tout résidu se détachant de la rétine fini par flotter dans l’humeur vitrée, c’est pourquoi dans de nombreux cas il existe des « corps flottants » (ou « mouches volantes ») qui se manifestent par des points noirs en mouvement. La pression exercée par l’humeur vitrée aide à maintenir la forme de l’œil.

La conjonctive

La conjonctive est une membrane muqueuse transparente qui couvre la partie antérieure du globe oculaire et la partie postérieure des paupières, formant ce que l’on appelle « sac conjonctival ».  En dépit d’être une couche continue, elle peut être divisée en trois parties :

  • Conjonctive palpébrale: elle est fixée sur la partie inférieure de la paupière, à partir du bord palpébral.
  • Conjonctive de « cul-de-sac » : Située entre la conjonctive palpébrale et bulbaire, juste dans le pli de la paupière.
  • Conjonctive bulbaire : elle recouvre la sclérotique antérieure, à partir de la conjonctive de cul-de-sac jusqu’au limbe.

Leurs cellules produisent un mucus qui aide à la lubrification et à la désinfection de l’œil. Cette couche de mucus fournit la couche la plus interne du film lacrymal qui est vitale pour le bon fonctionnement oculaire et pour son hydratation.

conjuntiva-1

Ver fuente de la imagen

La conjonctive peut parfois s’enflammer. Ce phénomène est appelé conjonctivite et peut être dû à plusieurs causes, telles que les bactéries ou les virus. Elle peut également être touchée par des allergies provoquant l’inflammation des vaisseaux sanguins. Normalement, la conjonctivite n’affecte pas la vision, mais elle provoque des rougeurs, des démangeaisons, une sensation de corps étranger, un larmoiement excessif, un gonflement des paupières, etc.

Les paupières

Les paupières supérieures et inférieures sont les plis de la peau chargés de protéger le globe oculaire, de fermer les orbites et d’aider à la lubrification de l’œil grâce au film lacrymal. Chaque paupière comporte deux faces, la face avant (formée par la peau) et la face arrière (revêtue de la conjonctive palpébrale). Elles possèdent deux bords, un libre et un adhérent. Dans le bord libre se trouvent les cils et à côté se trouvent les glandes sébacées.

Les paupières sont composées de quatre couches : l’épiderme, la couche musculaire, le tarse (couche fibreuse) et la conjonctive. À l’intérieur du tarse se trouvent les glandes de Meibomius qui produisent une sécrétion lipidique faisant partie du film lacrymal. D’un autre côté il y a aussi les glandes de Zeiss et de Moll, situées sur le bord de la paupière près des cils et qui fournissent une protection supplémentaire à l’œil.

Une mauvaise sécrétion lipidique par les glandes de la paupière peut entraîner une blépharite, une inflammation des paupières provoquant des démangeaisons et des irritations.

Système lacrymal

Le système lacrymal commence par la production du film lacrymal. Les principaux composants de la larme sont essentiellement fabriqués dans la glande lacrymale principale, située sur le côté supérieur-latéral du globe oculaire. Les glandes de Meibomius contribuent aussi à la formation de la larme, celles-ci sont situées dans les paupières. Grâce au mécanisme du clignement des yeux, la larme est distribuée sur toute la surface oculaire, puis elle se dirige vers le bord interne où elle est aspirée par le canal lacrymal vers le nez. Cette voie lacrymale commence dans les points lacrymaux supérieurs et inférieurs, situés au niveau des bords des paupières, et continuent vers les canalicules qui déplacent la larme vers le sac lacrymal. Ainsi, la larme arrive jusqu’au nez à travers le canal lacrymo-nasal.

Le film lacrymal est composé de trois couches : la plus interne est la muqueuse, qui est en contact direct avec la cornée. La couche du milieu est la couche aqueuse qui provient de la glande lacrymale principale. Enfin, la couche lipidique, la plus externe, est produite par les glandes de Meibomius, situés dans la paupière.

sistema-lagrimal

Ver fuente de la imagen

Il est très important que toutes les structures du système lacrymal fonctionnent correctement et que la larme soit de bonne qualité. Le fait d’avoir peu de larmes peut produire une sensation de gêne et des problèmes visuels dans la cornée et dans la conjonctive, puisque la surface oculaire n’est plus lubrifiée.  Ce phénomène est appelé « œil sec ».

Muscles ciliaires

Les muscles ciliaires sont placés dans la partie antérieure de la choroïde (couche intermédiaire du globe oculaire) et forment un anneau de muscles striés. Dans ce muscle sont situés les ligaments d’où suspend le cristallin. Cette zone est appelée « zonule de zinn ». La contraction et le relâchement des muscles ciliaires changent la forme des ligaments de la zonule, afin que le cristallin puisse faire la mise au point des objets poches ou lointains selon les besoins visuels. Ainsi s’effectue l’accommodation.